Trouble ostéoarticulaire : L’ostéoporose

Fractures

Les troubles ostéoarticulaires, ou rhumatismes, regroupent différents troubles souvent très invalidants ayant pour cible les os et les articulations.

Si ces troubles affectent principalement les séniors, ils sont malheureusement de plus en plus fréquents chez les personnes qui travaillent dans les secteurs de la construction, de l’agro-alimentaire ou de l’action sociale avec hébergement.

J’ai choisi de vous présenter :

    • Une maladie affectant les articulations (l’arthrose)
    • Une autre affectant les os (l’ostéoporose).

Mais de nombreuses autres existent : la polyarthrite rhumatoïde, l’arthrite psoriasique, la goutte, la spondylarthrite ankylosante, l’arthrite juvénile idiopathique, l’ostéopénie et les fractures dues à la fragilité osseuse, les fractures d’origine traumatique, les chondropathies …

Mal prises en charge, elles peuvent également favoriser l’apparition de troubles musculosquelettiques : tendinopathie, épicondylite au coude, syndrome du canal carpien au poignet, hygroma du genou …

L'ostéoporose

C’est une maladie généralisée du squelette responsable d’une fragilité osseuse exagérée et donc d’un risque élevé de fracture.

Le capital osseux

Le capital osseux est responsable de la solidité des os. L’importance de ce capital osseux est variable au cours de la vie et va dépendre également de différents facteurs.

    • Au cours de la vie, la perte osseuse est un phénomène normal, géré par les ostéoclastes chargés de la destruction (ou résorption) osseuse.
    • Pour compenser cette perte, l’os est constamment renouvelé par les ostéoblastes chargés de la formation de l’os.

Survenue de l'ostéoporose

Dans le cas de l’ostéoporose, cet équilibre est compromis par deux mécanismes :

    • La baisse de la formation d’os nouveau, par une diminution de l’activité des ostéoblastes.
    • Une augmentation de la perte osseuse due à une augmentation de l’activité des ostéoclastes.

Cela conduit à une perte osseuse avec un risque de fragilisation de l’os. La quantité et la qualité de l’os sont globalement diminuées, la fragilité de l’os est telle que le risque de fracture devient de plus en plus important.

Ostéoporose

Facteurs aggravants

    • Le vieillissement qui provoque une diminution naturelle de la masse osseuse,
    • Le sexe: plus de 10% des femmes de plus de 55 ans contre seulement 5% des hommes au même âge
    • La ménopause précoce,
    • La prédisposition due aux antécédents familiaux,
    • L’absence d’activités physiques,
    • Un allongement prolongé suite à une opération,
    • Une carence en vitamine D ou en calcium,
    • Une minceur excessive,
    • Une consommation excessive d’alcool et de tabac,
    • Un traitement par corticoïdes ou certaines affections endocriniennes
Pour autant il ne faut pas croire que c’est une fatalité !

Symptômes

Maladie silencieuse, l’ostéoporose n’a pas de symptômes apparents si ce n’est un tassement vertébral, et n’est révélée le plus souvent qu’à la suite d’une fracture causée par un traumatisme minime, ou d’une fracture spontanée qui ne peut être expliquée par un quelconque trauma.

Diagnostic

L’absence de symptômes rend difficile la détection de la maladie, qui peut causer une perte d’autonomie et favoriser les fractures du col du fémur.

Dès lors, il appartient au patient et à son médecin traitant d’évoquer la maladie lorsque plusieurs facteurs de risques sont réunis. Les fractures les plus fréquentes avec une ostéoporose sont les fractures vertébrales, la fracture de la hanche, et la fracture du poignet.

Le diagnostic de la maladie est établi par une mesure de la densité minérale osseuse, nommée ostéodensitométrie. Effectuée sur deux parties différentes du corps (le rachis et le col du fémur), elle consiste à soumettre les os à une faible quantité de rayons X : moins les os sont denses, moins ils sont en mesure d’absorber les rayons. Le score obtenu est ensuite comparé à une valeur de référence pour déterminer le niveau de fragilité osseuse, et le traitement approprié.

La prévention est donc primordiale.

Traitement médicamenteux

Le traitement de l’ostéoporose est focalisé sur la prévention des fractures, qui peuvent être particulièrement handicapantes chez les seniors et causer une perte d’autonomie.

Le traitement passe aussi par une prise médicamenteuse qui s’étale sur plusieurs années afin de stimuler la production osseuse et de limiter la perte osseuse. Les médicaments les plus courants ont pour effet de réduire le risque d’une fracture vertébrale ou d’une fracture du col du fémur.

Place de la naturopathie

J’ai fait des troubles ostéoarticulaires une de mes spécialités.

Il s’agira de faire de la prévention autant que possible, mais aussi d’agir sur le terrain une fois l’arthrose installée pour limiter son développement.

Pour cela, plusieurs axes d’action :

    • Veiller à l’équilibre acido-basique
    • Limiter les processus inflammatoires
    • Optimiser l’absorption des nutriments
    • Reminéraliser
    • Se réapproprier son corps par une activité douce
    • Soulager les douleurs

Laisser un commentaire